Un stage dans le cadre du programme Corban


Par Charlotte Cosnard, le 28/02/2023


Depuis 2021, le laboratoire ITEM accueille le programme CORBAN. Mon stage s’est déroulé au sein du laboratoire ITEM EA 3002 à l’Université de Pau du 28 novembre au 28 février 2021.

Objectif du stage

Le programme de recherche CORBAN a pour ambition d’analyser le contexte historique, l’étude des bateaux saisis, leur équipage, les relations familiales à distance, l’activité économique et les questions relevant de l’histoire Atlantique et des relations avec l’Amérique, ainsi que les relations entre la course et la pêche, la guerre et l’économie, l’identité et les migrations.

Dans le contexte de la guerre de Sept ans (1757-1763), et sous le règne de Louis XV, de nombreux navires venant du Pays Basque en direction de la Nouvelle-France et les Antilles ont été saisis avec leur cargaison par les navires de la marine anglaise. Ce projet s’intéresse aux correspondances qui ont été conservées par la High Court of Admiralty de Londres, et qui se trouvent à présent aux Archives Nationales anglaises à Kew. Une première étude avait été réalisée par IKER qui a analysé les lettres basques provenant du navire le Dauphin. Cette première étude a révélé la richesse du fond et il est apparu utile d’étendre cette étude à toute la correspondance.

La première mission pendant le stage fut de me former au logiciel Transkribus. J’ai eu la charge de quatre dossiers qui regroupent les correspondances par la cote d’archive. Le but de cette mission, étant la transcription de toutes les correspondances pour leur exploitation. Ce fut un travail assez accessible, car les documents étaient très lisibles que ce soit dans la qualité ou dans l’écriture. Le logiciel Transkribus, a été très utile dans cette transcription, car il permet d’identifier les différentes lignes à transcrire ; ce qui, dans un premier temps facilite la lecture du document et dans un second temps permet d’éviter les erreurs, et les sauts de ligne.

Etude d’une lettre

Parmi toutes les lettres que j’ai pu transcrire, une a retenu mon attention. Dans un contexte de guerre, la communication entre les familles est rude et fait parfois l’objet de plusieurs copies d’une même lettre pour être sûre d’être acheminée au destinataire. La lettre est à destination de Mademoiselle Catherine Bourdet, résidente à Saint Pierre en Martinique. Elle est datée du 2 février 1778 et est écrite par son époux. Ce dernier l’informe de son retour prochainement sur l’île. Dans toutes les lettres que j’ai pu transcrire, l’auteur inscrit dans le texte le nom du bateau et du capitaine qui achemine la lettre. Dans notre cas, c’est le navire de la Sainte Croix commandé par le capitaine Dufourcq originaire de Saint Jean de Luz qui achemine le courrier.

HCA 30/302 | The National Archives | photographie prise par Annabelle LAFUENTE

Cet échange laisserait à penser que les deux époux prennent des nouvelles l’un de l’autre. Or, c’est tout autre, leur affaire porte sur le commerce. En effet, l’époux relate de ce qu’il a vendu et en fait des comptes détaillés à sa conjointe. Même s’ils parlent principalement de leurs affaires, ils ne manquent pas moins de s’échanger leur respect à leurs parents et leurs amis comme l’a fait monsieur Boutet dans sa deuxième page.

HCA 30/302 | The National Archives | photographie prise par Annabelle LAFUENTE

Enfin en dernière partie, apparaît les comptes. L’époux mentionne ce qu’il a vendu et à quel prix.

HCA 30/302 | The National Archives | photographie prise par Annabelle LAFUENTE

Les lettres que j’ai pu transcrire parlent pour la plupart de commerce et d’état des comptes. Rares sont celles qui sont de simples correspondances. En effet, comme on a pu le voir avec cette lettre, la correspondance intime est rapidement balayée pour laisser place aux affaires. Ces lettres nous en apprennent plus sur les liens familiaux, car comme la lettre que je vous ai présentée, d’autres font interagir les époux dans les affaires familiales. Cela atteste donc qu’entre ces ports basques et les ports du Nouveau monde, les femmes et les hommes étaient impliqués dans les affaires notamment de commerce. On a donc une distinction de genre qui n’est pas opérée dans notre cas.

Workshop Londres

Le mardi 20 juin, j’ai assisté au workshop organisé par les archivistes des Archives de Londres et notamment Oliver Finnegan, archiviste de l’amirauté de Londres, déjà rencontré auparavant à travers le Prize papers project et les missions de recherche à Londres.

Cette journée de travail avait pour but de rencontrer des chercheurs intéressés par les archives de l’Amirauté que cela soit les lettres ou encore les papiers capturés et d’en savoir plus encore sur les archives de la Haute Cour de l’Amirauté.

Après la présentation de chaque participant, nous avons commencé par les archives des papiers de capture, la source qui nous concerne le plus. Oliver Finnegan a d’abord présenté ces archives avant de nous atteler à un exercice pratique nous permettant de comprendre plus en profondeur ce type de sources. Ensuite, nous nous sommes penchés sur les affaires criminelles et de pirateries, archives que je ne connais pas. À chaque thème, un exercice pratique était proposé en groupe, et nous changions de groupe à chaque fois. Après la pause, nous avons abordé le thème de la juridiction d’instance et contentieux civil. Nous avons terminé la journée par les archives anciennes et mélangées (1550-1650). Ce dernier thème nous a permis de voir que certains papiers n’étaient donc pas inventoriés et perdus dans cette masse.

A la fin de ce workshop, j’ai pu consulter quelques références aux Archives et trouver 8 lettres de plus pour le corpus du projet CORBAN.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search